La Pression légère

Si nous observons cette fois l’écriture légère, qui fait partie du genre pression, nous allons nous rendre compte combien la pression est essentielle et tout ce qu’elle révèle de la personnalité.

Écriture légère, c’est quoi ?

Dans le cadre de l’écriture légère, la pression sur le papier est faible, le délié est peu appuyé.

La plupart du temps, il reste une légère différenciation entre les pleins et les déliés, qui, à l’extrême, peuvent disparaitre.

Le geste graphique s’inscrit peu en profondeur, montrant là une attitude devant la vie fondamentalement différente de celle qu’introduit l’écriture appuyée par exemple. Elle a tendance à se poser sur le papier mais cependant, elle cherche ses assises de façon discrète par une pénétration vers de bas dans la feuille.

Dans un milieu graphique souple, la légèreté accroit la vitesse.

L’affirmation

Le potentiel d’énergie est parfois moins important, mais surtout, le désir d’affirmation est autre.

Le scripteur se mobilise différemment, préférant utiliser l’évènement plutôt que d’agir sur lui.

Il se sent moins appelé à intervenir parce qu’il préfère conserver différentes possibilités ou qu’il se sent moins assuré.

De ce fait, il est prêt à revoir ses positions si l’interlocuteur prouve le bien fondé des siennes.

L’action est moins investie chez le scripteur à écriture ferme, mais ses interventions peuvent être plus rapides et aussi efficaces, bien que d’une efficacité différente.

Pour résumer, on trouve moins de force et plus de finesse.

Que traduit l’écriture légère ?

L’écriture légère traduit la réceptivité, la délicatesse, l’hypersensibilité, la pudeur, une affirmation relative.

Elle se prête à la mobilité intellectuelle et psychique. Elle est en relation avec l’intuition, les interrogations comme avec une activité promptement ajustée à la demande.

Mais pour avoir ces caractéristiques, il faut que la légèreté se place dans un contexte de souplesse, car la pression légère traduit aussi tout le danger du manque de confiance en soi, de l’incertitude, de la difficulté à s’engager et souvent à poursuivre. C’est la propension à manquer de résistance et à se montrer vulnérable, impressionnable.

Les possesseurs d’une écriture légère ont tendance à s’épuiser, sollicités par tout ce qui se présente.

Au regard de la légèreté, la qualité du trait est primordiale

En effet, c’est le trait qui conditionnera l’assurance et l’efficacité du sujet, son sens du réel aussi.

L’allègement du trait peut être compensé par sa netteté ou accru par sa porosité.

La délicatesse devient alors faiblesse, l’attitude velléitaire ou l’excitabilité, dominent. Il peut y avoir labilité émotionnelle et superficialité des relations avec l’autre.

Plus la souplesse du trait diminue, amenant un tracé mou ou raide, plus ses formes se dissolvent ou s’abiment, plus on pourra craindre de la légèreté n’introduise des signes de faiblesse et de découragement.

À lire aussi : 

Conférence-atelier à Paris

Je vous invite le Jeudi 23 Septembre, de 18h à 20h30, au 152 avenue Malakoff Paris 16ème.