La Pression ferme

En graphologie, lorsqu’on parle d’écriture ferme on s’intéresse à une espèce qui appartient au genre pression.

Mais qu’est-ce que c’est une écriture ferme ?

Le tracé est plus ou moins anguleux (mais il n’est pas incompatible avec la guirlande (voir écriture en guirlande), il est net et résolu, mais inconciliable avec l’hésitation, la mollesse, l’instabilité du geste.

Le geste graphique est tonique, bien maitrisé, résolu.

La mise en tension du trait est équilibrée : suffisamment forte pour engendrer un mouvement cursif soutenu, suffisamment régulière pour que le pôle majeur de l’écriture reste axé sur le contrôle.

L’appui va jusqu’au bas des traits descendants, montrant un caractère énergique, réalisateur, de sang-froid, stable, ayant le goût de l’action et de l’autorité. Plus le tracé est agrandi et anguleux, plus la confiance en soi et l’assurance grandissent, le scripteur devenant imperméable aux influences extérieures.

Tout est structuré 

Dans l’écriture ferme, la zone médiane est structurée avec cohésion et fermeté, la direction est régulièrement maintenue, la continuité est stable, le trait est précis, net, souvent en relief, la pression est régulièrement appuyée sur les jambages, l’organisation est bien maitrisée, la liaison est généralement anguleuse ou semi anguleuse ; l’ensemble est bien proportionné : le trait droit fixe un choix ; le mouvement est ferme, sûr et constant, le tracé est homogène. Il peut y avoir des petites inégalités ; mais les écritures labiles, légères ou inégales ne peuvent coexister avec une écriture ferme, car la fermeté n’admet pas d’hésitation et pas de variabilité dans les décisions et le comportement.

Mais qu’est-ce que c’est une écriture ferme ?

Cet équilibre montre un scripteur en possession de ses moyens et qui s’utilise de façon dynamique.

C’est le tracé du leader, de celui qui sait prendre des décisions et les faire respecter, il est aussi dur pour les autres que pour lui-même et est toujours du côté de la norme, de la discipline. Son autorité s’impose sans qu’il ait besoin de se forcer 

Écriture tendue vs écriture lâchée 

On peut rapprocher l’espèce ferme de l’écriture tendue, qui s’oppose à l’écriture lâchée. Le mouvement est ferme, droit dans sa direction, il n’y a ni flexion, ni ondulation, les contours en sont bien délimités, la base des lettres étant souvent anguleuse.

Une écriture peut-être alternativement tendue et lâchée, il faut voir si la tension ses trouve entre le haut et le bas, ou bien entre la droite et la gauche.

Ferme et pâteux ? possible ?

Il y a plus d’affinité entre ferme et net qu’entre ferme et pâteux, mais ce n’est pas une loi.

Si une écriture nette peut difficilement ne pas être ferme, une écriture légèrement pâteuse peut l’être aussi.

D’autre part, si la fermeté du trait tend à engendrer des formes un peu anguleuses, la courbe nette et ferme existe aussi et n’en a que plus de valeur car elle adoucit ce qu’il pourrait y avoir de trop déterminé dans la fermeté.

L’écriture ferme peut être aussi une écriture nourrie, mais aussi une acérée. Quant à l’écriture légère, elle n’a rien à voir avec la fermeté.

Allons voir plus en détail les caractéristiques de l’écriture nourrie.

À lire aussi : 

Conférence-atelier à Paris

Je vous invite le Jeudi 23 Septembre, de 18h à 20h30, au 152 avenue Malakoff Paris 16ème.