L’écriture enchevêtrée

En graphologie, on parle d’écriture enchevêtrée, qui est aussi l’un des éléments fondamentaux de l’Ordonnance, lorsque les jambages des mots d’une ligne et les hampes des mots de la ligne qui suit, s’interpénètrent.

Qu’est-ce que l’écriture enchevêtrée ?

Ce type d’écriture provient autant d’interlignes trop petits que de prolongements hauts et bas excessifs.

Ce terme « enchevêtré », suggère un emmêlement et c’est un effort lorsqu’un prolongement exagéré des hampes et des jambages ou parfois même les 2, les amène à s’encastrer dans les lettres et les lignes intérieurs ou supérieures.

Quel sens a l’écriture enchevêtrée ?

L’écriture enchevêtrée traduit toujours un manque de recul, une mauvaise appréciation et hiérarchisation, et fréquemment de l’interventionnisme. Dans les meilleurs contextes graphiques, on pourra parler d’activité, d’implication de soi, même si celles-ci restent beaucoup plus instinctives que réfléchies et organisées, ou dans des écritures très évoluées, d’inspirations prises à des sources profondes.

Dans les moins bons contextes graphiques, ceux où l’écriture devient confuse, les inconvénients de l’écriture enchevêtrée s’ajoutent à ceux de l’écriture trop prolongée.

Des espacements trop grands entre les lignes ou trop petits, ou encore trop inégaux, nuisent par leur manque de proportion, à la répartition générale et en détruisent le rythme

Question de clarté

Compromettant ainsi la clarté de l’interligne et de ce fait, une distribution spatiale équilibrée, les enchevêtrements vont à l’encontre du dégagement de soi, dans la pensée et dans les actes, qui peut se lire dans une écriture aérée.

Le scripteur d’une écriture enchevêtrée entraine souvent des erreurs d’appréciation et d’organisation, par manque de recul, ainsi qu’un interventionnisme un peu accentué. 

Elle peut être aussi l’écriture de personnalités actives qui peuvent s’investir efficacement dans les entreprises qu’elles mènent de façon plus instinctive qu’élaborées et qui cherchent à dépasser leurs possibilités lorsqu’elles ne sont pas enclines à les surestimer.

Prolongement haut ou bas ?

En effet, la zone où s’exercent préférentiellement les enchevêtrements sera significative pour l’interprétation.

Dans le cas des hampes (les lettes hautes) provoquent l’enchevêtrement, il s’agira d’un investissement exagéré de l’intellect, de l’imagination, ou des aspirations. Toutes les choses pouvant conduire le scripteur à des visées ambitieuses ou illusoires.

Si, au contraire, ce sont les jambages qui empiètent sur la ligne suivante, l’investissement se portera vers une action concrète plus ou moins intempestive.

Confusion

Quoi qu’il en soit, les enchevêtrements contribuent à troubler la clarté d’exposition d’une écriture et peuvent, parfois, dans les cas extrêmes, mener celle-ci à la confusion.

Dit plus simplement, en fait, on peut suggérer que les idées sont aussi embrouillées que l’écriture. Le cerveau ne distingue pas nettement les choses, aussi ces idées sont exprimées de façon confuse, et lorsque l’imagination s’en mêle, c’est encore plus confus.

Pour conclure, l’écriture enchevêtrée est tout le contraire de l’écriture ordonnée, laquelle, comme son nom l’indique, donne une impression de lisibilité, de clarté, de propre, de circulation aisé de l’air entre les parties, les lignes et les mots, les paragraphes, les marges, la signature.

À lire aussi : 

Conférence-atelier à Paris

Je vous invite le Jeudi 23 Septembre, de 18h à 20h30, au 152 avenue Malakoff Paris 16ème.