Le sens de la mise en page, ou l’ORDONNANCE en graphologie

Un document avec une mise en page rigoureuse est un item très observé par les graphologues dans une écriture manuscrite.

L’importance de mettre en forme des documents est justifiée par la recherche de clarté.

La justification du texte, avec le nombre total de pages en bas du document, une mise en page automatique, l’entête, les paragraphes bien distincts avec des tabulations imaginaires, des éléments graphiques, la gestion des couleurs, le graphisme, la marge de droite, sont de véritables révélateurs.

Lorsqu’on crée un écrit, à partir d’une page blanche, on inscrit des sous-titres, on insère des numéros, on fait une mise en forme, plus ou moins précise, on modifie la marge, les bordures du texte : la marge de droite peut-être plus ou moins grande, plus ou moins progressive. Cette mise en page particulière et propre à chacun, cette ordonnance des éléments entre eux, nous permet de découvrir comment le scripteur s’insère dans son environnement.

La forme d’un document

Ce texte mis en page à la façon d’une construction imaginaire, ou d’une maquette, ou celle des magazines ou d’une affiche, ou encore comme les pages d’un livre, en format paysage plutôt qu’en format portrait alerte le graphologue qui se penchera sur cet exemple de mise en page peu banale.

Comment est inséré un mot entre guillemets, comment est justifié le texte, quelle lisibilité a-t-il, s’agit-il d’une mise en page simple, alignée, cette partie du document est-elle essentielle pour être en majuscule, le contour des paragraphes est-il avec une mise en forme soignée ?

L’envie d’aller de l’avant, ou le poids de la tradition fait que le nombre de pages paires ou impaires appartient à l’inconscient.

Les premières pages sont le reflet de l’état d’esprit du scripteur, les pages sont numérotés, – et commencer la numérotation soit en pages impaires soit en pages paires ne sera peut-être pas la même sur la page de couverture ; le même document peut en effet, avoir des règles de mise en application différentes. 

Une seule page, et pourquoi pas un nouveau format, toute forme de documents, le style de paragraphe, les raccourcis, créent une harmonie plus ou moins avantageuse qu’on observe en filigrane.

La prise en main d’un nouveau document

D’un point de vue ordonnance, que ce soit un document de 4 pages ou plus, de la première page à la page suivante, qu’il y ait une bordure plus ou moins organisée en « bloc de texte », font du graphisme une œuvre d’art unique.

Chaque page, de la page de garde, à la page blanche, de l’entête du document, aux illustrations, à la pagination inscrite manuellement, l’alignement des paragraphes ou des sauts de page sont une caractéristique de la personnalité.

Et la direction dans tout ça ? Mettre en forme un document, c’est aussi observer et aligner son texte, avoir une mise en page rigoureuse avec un espacement qui permet une bonne tenue de la ligne qui peut être en italique ou aves des empattements, mais qui n’altèrent pas la direction du texte.