La signature : sa situation par rapport au texte

En graphologie, la signature, est loin d’être anodine.

De nombreuses observations sont à faire, toutes aussi précieuses les unes que les autres pour la graphologue.

Elle doit en prendre compte, les comparer, les mettre en exergue par rapport au texte.

Il n’est pas rare que l’écriture soit bien différente de la signature. Quels enseignements faut-il en tirer ?

La situation par rapport au texte, par exemple, que nous indique-t-elle ?

En France, on admet que la bonne situation de la signature est à droite, sans excès, à une distance du texte un peu plus grande qu’un interligne (environ un interligne et demi).

L’enfant et l’adolescent signent le plus souvent au centre : ils ne sont pas encore dans la vie active.

Tout ceci rentre donc dans lanalyse graphologique de la signature, et fait l’objet d’attention toutes particulières lors de l’observation.

L’emplacement de la signature est l’un des éléments clés à observer : c’est toute la question de la place du scripteur qui est en jeu.

Au milieu

L’adulte qui signe au milieu n’a pas toujours fait ses choix, mais s’il a une signature plus grande, cela peut exprimer un besoin d’être le centre d’un monde affectif ou d’un monde du travail, selon le contexte et le dynamisme de l’écriture (avidité affective ou ambition professionnelle, vedettariat).

A gauche

Hormis le cas signalé précédemment aux USA, celui qui signe à gauche exprime sa peur de s’engager, son attachement trop grand à son passé.

A droite

Celui qui signe trop à droite, au contraire, exprime un excès dans l’engagement, un manque de mesure dans l’activité, de la précipitation à vouloir aller trop loin ou trop vite.

Et en vertical ?

La situation de la signature par rapport au texte dans le sens vertical, met en cause l’implication du scripteur par rapport à ses actes, et à son jugement.

Espace signature / texte

Si le signature est trop loin, le scripteur met trop de distance, il peut être étranger à ce qu’il fait, peu participant. En revanche, si elle est trop proche, le scripteur ne prend pas assez de recul, peut manquer de jugement et agir avec impulsivité.

Si la signature rentre dans le texte, il peut être capable d’actes irréfléchis.

Si l’on ne signe que avec ses initiales : ses remarques sont-elles applicables ? Oui, en aucun cas l’initiale n’a d’incidence sur la situation par rapport au texte.

On peut donc s’interroger sur la façon de choisir sa signature : que doit elle comporter, quels sont les indices positifs, ceux qui le sont moins, qu’est ce qu’il faut éviter à tout prix ?

Et lorsque la signature est semblable au texte, faisant preuve d’une grande cohérence par rapport à celui-ci, quelle conclusions faut-il entier ?

Et, a contrario, lorsqu’elle est tellement différente du texte qu’on a peut penser que 2 personnes sont intervenues dans la rédaction du document ?

A lire aussi :

Quels sont les éléments clés de la signature

Comment choisir sa signature ?

Analyse graphologique de la signature

Signature semblable au texte

Signature différente du texte

Conférence-atelier à Paris

Je vous invite le Jeudi 23 Septembre, de 18h à 20h30, au 152 avenue Malakoff Paris 16ème.