La signature est semblable au texte

la signature, semblable au texte est celle des jeunes enfants qui n’ont pas encore la notion de qu’elle représente et écrivent leur nom, simplement, mais en le démarquant souvent du texte, en le soulignant, fréquemment en lasso.

Tout ce déroulé appartient complètement aux éléments clé de la réalisation d’une signature.

Chez l’adulte, l’homogénéité de la signature avec l’écriture du texte, est considérée par la graphologue, comme un signe naturel, de spontanéité, d’authenticité de la part de son auteur, qui ne cherche pas à se montrer autre qu’il n’est, mais ne révèle non plus rien d’autre. On la trouve à tous les niveaux socioculturels, des plus simples aux plus évolués.

Valeurs morales

Il ne faut pas surévaluer la signature semblable au texte : elle valorise d’autant plus le scripteur que le graphisme est déjà lui même expressif de qualités morales et intellectuelles.

Elle est spontanée dans la mesure où l’écriture elle même l’est. La plupart des scripteurs à écritures acquises ont des signatures semblables au texte, ce qui est le meilleur moyen de ne pas révéler leur personnalité que sa construction, mais ils démontrent aussi par-là que cette construction, par la force de l’habitude, est devenue une deuxième nature.

Un paraphe en dessous

Une proportion importante de signature semblables au texte sont soulignées, apportant un élément d’affirmation, de volonté, de recherche d’appui sur des bases ou de désir d’avoir l’air affirmé, suivant le contexte.

Les traits parallèles

La signature peut être aussi surlignée, indiquant le besoin de protection, d’abri, ou, au contraire, un désir de domination. Mise entre deux traits parallèles (aussi appelés « rails »), elle signifie que le scripteur se met sur ou entre des rails, avec des interprétations qui peuvent être déduites suivant le contexte.

Signature barrée

Il arrive aussi que la signature soit barrée, en général par un paraphe qui revient en arrière et embroche la signature au lieu de la souligner.

Illogique, négation après le coup de l’identité transcrite, la signature barrée est un mauvais indice quant à la confiance en soi. On la trouve souvent chez les enfants et les adolescents, exprimant leur doute, leur difficulté d’affirmation à une époque donnée. Cette particularité disparait souvent avec le temps et avec une assurance restaurée.

Elle retient davantage l’attention chez l’adulte où elle conduit à rechercher dans le texte des signes de fragilisation possibles.

Il ne faut pas confondre les signatures barrées avec celles dont le nom est écrit à cheval sur un trait tracé auparavant et qui sert, en quelque sorte, de barre d’appui, de soutien.

Considérant tout ceci, celui qui voudra en savoir plus en vue de l’analyse graphologique de sa signature, pourra s’entrainer. Mais attention, le naturel revient au galop !

La signature identique au texte pourra également être observée par rapport à sa situation de la page, en la comparant avec les marges. Il en est de même pour la signature différente du texte. Les marges apporteront un éclairage intéressant pour l’interprétation.

A lire aussi :

La situation dans la page

Comment choisir sa signature ?

Analyse graphologique de la signature

Les éléments clé de la signature

Signature différente du texte

Conférence-atelier à Paris

Je vous invite le Jeudi 23 Septembre, de 18h à 20h30, au 152 avenue Malakoff Paris 16ème.