La direction donnée à l’écriture renseigne sur le caractère optimiste ou pessimiste de son auteur

En graphologie, lorsqu’on parle du genre DIRECTION, on s’intéresse à la direction des lignes sur le papier, dans le développement de l’écriture de la gauche à la droite de la page.

Ce geste, normalement courbe, qui va du corps à l’espace extérieur, pour revenir au corps, va devenir droit par l’appui sur la ligne du cahier, la future « ligne de base de l’écriture ».

La direction exprime la volonté dirigée vers un but, avec plus ou moins d’assurance, de volonté, de certitude, suivant la solidité ou le flottement de cette ligne ou la capacité à rester horizontale.

La direction des lignes est l’une des premières choses que la graphologue examine.

Écrire sans ligne ?

Certains adultes garderont l’usage du papier ligné comme une volonté de rester en terrain ferme, de garder une ligne de conduite stricte, de rester discipliné et dans un cadre extérieur sécurisant.

Pourquoi on n’écrit pas droit ?

Ce qui entrave la direction, c’est l’humeur et ses variations, sous l’effet des émotions, de la fatigue et de la faiblesse, de la révolte, de la fuite, de la ruse. On ne peut pas préjuger de l’honnêteté d’une personne qui a une ligne de base incertaine, mais la rectitude de cette ligne est une preuve de rigueur dans les comportements. Vers des objectifs, avec des principes, suivant des valeurs, dans l’indépendance de l’opinion d’autrui quand il y a des choix essentiels à faire.

La signification de la direction 

L’horizontalité trop stricte, appartient à une personne qui ne laisse guère de liberté à l’inconscient, qui s’oblige à de multiples devoirs, qui revendique ses droits, fait toujours ce qu’elle « doit faire », mais qui peut aussi se montrer intolérante envers ceux qui n’ont pas les mêmes normes.

L’horizontalité normale est la ligne souple, qui exprime une volonté stable, de la maitrise de soi, mais pas de la raideur, qui empêcherait l’adaptation et les réajustements nécessaires à la vie.

En somme, la direction, c’est l’orientation choisie, le haut, le bas, la droite, la gauche.

Il est important de déceler si ce que l’on observe démontre qu’il s’agit d’émotivité, d’instabilité passagère, d’une adaptation aux circonstances ?

Les autres aspects de l’écriture apporteront un complément d’information utile.

Le symbolisme de l’espace prend ici toute son importance.

Le haut étant dans les hampes, le bas, dans les jambages, et la gauche et la droite étant celles de fa feuille, sens dans lequel l’écriture avance.

L’écriture étant un geste, il est logique qu’il en soit ainsi et la graphologue applique cette observation avec efficacité depuis des décennies.

Les gestes étant les mêmes dans tous les pays, en tant que mouvement spontanés et inconscients, les règles générales de la graphologie peuvent s’appliquer à toutes les écritures et à tous les alphabets, mais dans le cadre d’écritures arabe, hébraïque, sanskrite, chinoise ou japonaise, le graphologue devra tenir compte des particularités propres à ces mouvements scripturaux.

L’âge ou la maladie peuvent détériorer cette ligne de base. Celle-ci peut, entre autre, être montante, descendante, horizontale ou régressive.

À lire aussi : 

Conférence-atelier à Paris

Je vous invite le Jeudi 23 Septembre, de 18h à 20h30, au 152 avenue Malakoff Paris 16ème.